La situation des opérateurs télécoms européens

Le cabinet de conseil, Arthur D. Little vient de réaliser la 2eme édition de l’étude faite sur l’économie des télécoms en France et en Europe. L’étude est centrée sur la chaîne de valeur des acteurs du numérique, ainsi que sur les pressions auxquelles les opérateurs télécoms sont soumis.

Les conclusions générales révèlent que le secteur des télécoms du continent européen n’a pas enregistré une augmentation importante au cours des cinq dernières années contrairement aux autres continents du monde. Les opérateurs de l’Asie et de l’Amérique du Nord affichent une progression de 7 à 9 fois plus forte que les opérateurs de l’Europe. Entre 2006 et 2012, ces derniers ont perdu 28% de leur valeur.

Plus en détail, le secteur des télécoms est très important pour la société et pour l’économie. Les services qui sont devenus indispensables pour les français, représentent une priorité pour les investisseurs. En dépit de l’explosion des usages, ils constituent moins de 3% des dépenses totales des ménages français. Les opérateurs de télécommunications comptent plus de 128 000 emplois directs et 170 000 emplois indirects. Au cours de 5 ans, ils ont injecté 204 milliards d’euros dans l’économie française.

Un autre constat de l’étude est que les opérateurs télécoms sont les principaux contributeurs de l’écosystème numérique en France : 64% des revenus, 77% de l’emploi, 88% des impôts et taxes et 92% des investissements. Acteurs clés de l’innovation dans le numérique d’avenir, ils contribuent à la relance de l’économie.

Les résultats négatifs de l’étude montrent que la performance des opérateurs est en recul à cause des pressions. Entre 2010 et 2011, le secteur a atteint un recul de 2%. Les experts envisagent une baisse de 9% d’ici 2014. Cette diminution est due à la sur réglementation (15 milliards d’euros sur les revenus mobiles liés à la réduction des prix des terminaisons d’appels et d’itinérance), à la sur fiscalité (1,2 milliard d’euros payés par les opérateurs chaque année) et à la sur concurrence (les tarifs français sont parmi les plus bas, développement des services à bas prix).

Pour conforter l’augmentation et l’emploi du secteur de télécommunications, l’Hexagone et l’Europe doivent mettre en place une politique industrielle cohérente et ambitieuse, basée sur les priorités suivantes :

–          Assurer un cadre réglementaire et fiscal incitatif à la poursuite des investissements. État pourrait stimuler la demande de très haut débit en accordant une incitation fiscale à l’installation pour les nouveaux abonnés;

–          Établir une équité fiscale et réglementaire entre tous les acteurs de l’écosystème en plaidant pour un allégement de la fiscalité spécifique au secteur où les taxes s’empilent;

–          Soutenir et promouvoir les filières numériques autour des opérateurs télécoms en créant des pôles numériques organisés autour des opérateurs télécoms et en intégrant des PME innovantes.

 

À propos Telecom News
News : Services & Telecom solutions entreprises : Fax Internet, Conference Call, Video Conference, Voice Over IP & VoIP ...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :