La filiale américaine de Deutsche Telekom fusionne avec l’opérateur MetroPCS

Le groupe allemand de télécommunications Deutsche Telekom a annoncé la fusion de sa filiale de téléphonie mobile T-Mobile USA avec l’opérateur américain de moindre ampleur MetroPCS. L’objectif de l’opérateur allemand est de relancer sa filiale américaine qui est en difficulté, en la confortant en tant que 3e opérateur américain. Un autre objectif est de permettre de mieux affronter les deux géants locaux dans la course à la 4G. Cette fusion pourrait également permettre de faciliter une éventuelle sortie de Deutsche Telekom du marché américain.

Sur le marché américain, Deutsche Telekom s’était lancé en 2000 en rachetant Voicestream dans l’espoir de se faire un nom à l’international sous T-Mobile USA. Trop petite, la marque T-Mobile n’a jamais réussi à s’imposer sur le marché américain à cause des géants américains du mobile, comme AT&T et Verizon. T-Mobile USA qui se confronte avec l’exode de ses clients abonnés, n’a pas de licence pour commercialiser l’iPhone qui est le téléphone vedette d’Apple. À cause de fortes dépréciations de T-Mobile USA, le géant allemand des télécoms devrait enregistrer une perte de 4,4 à 5,5 milliards d’euros sur 2012.

MetroPCS, anciennement appelé General Wireless, est un opérateur de téléphonie mobile et internet, installé au Texas. Avec 9,3 millions clients à fin juin, il se présente comme le cinquième fournisseur d’accès sans fil aux États-Unis. Cet opérateur s’est notamment développé dans la technologie de très haut débit 4G.

Quelles sont les modalités de la transaction ?

L’opération est une fusion dite « inversée » dans le cadre de laquelle MetroPCS, le plus petit des deux acteurs, rachètera T-Mobile USA pour donner naissance à une entreprise commune qui conservera le nom de T-Mobile. T-Mobile détiendra 74% du capital de la nouvelle entité contre 26% pour les actionnaires de MetroPCS qui recevront 1,5 milliard de dollars en numéraire. La nouvelle entité qui adoptera la raison sociale T-Mobile, sera dirigée par John Legere, l’actuel directeur général de T-Mobile. L’entité commune pèserait quelque 24,8 milliards de dollars de chiffre d’affaires et compterait une base d’abonnés de 42,5 millions.

« Le futur T-Mobile USA aura une plus grande échelle, les ressources en fréquences et les moyens financiers nécessaires pour concurrencer de manière énergique les autres opérateurs de téléphonie mobile américains », déclare le président de l’opérateur. Il ajoute que « ce rachat contribuera à accélérer le déploiement des offres 4G et étendre la couverture géographique du réseau et proposer un réseau densifié et de haute qualité ».

En mars 2011, T-Mobile USA a bien failli être racheté par ATT, car les autorités américaines de la concurrence ont mis leur veto à cette fusion jugée contraire à l’intérêt des consommateurs américains. L’activité de l’opérateur allemand aux États-Unis était alors valorisée à 39 milliards de dollars. En un an et demi, la valorisation de T-Mobile USA a été divisée par près de deux à cause de la perte du terrain face à ses concurrents américains.

 

 

À propos Telecom News
News : Services & Telecom solutions entreprises : Fax Internet, Conference Call, Video Conference, Voice Over IP & VoIP ...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :